[Visiteur] > Accueil > Qui sommes-nous ?

Qu’est-ce que la biodiversité ?

Définition de la biodiversité et de ces niveaux d’organisation.

05.11.2008 |

 

Cet article est dérivé d’une présentation de la biodiversité sur le site de l’INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel).

Qu’est-ce que la biodiversité ?

Le mot de biodiversité a été forgé en 1985 et popularisé en 1992 lors du sommet de la Terre qui s’est tenu à Rio de Janeiro où, pour la première fois, on a pris conscience, à une échelle planétaire, de la dégradation de la nature.

Pourtant la biodiversité est un objet d’étude très ancien. Les naturalistes étudient depuis des siècles la diversité des faunes, des flores et des écosystèmes.

Le concept de biodiversité est défini par la Convention sur la diversité biologique comme : « la variabilité des êtres vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie : cela comprend la diversité au sein des espèces, ainsi que celle des écosystèmes » (art. 2).

Les trois niveaux d’organisation de la biodiversité

Le concept de la biodiversité fait référence à l’ensemble des composantes et des variations du monde vivant et les scientifiques y distinguent trois niveaux d’organisation :

- la diversité écologique (les écosystèmes) ;
- la diversité spécifique (les espèces) ;
- la diversité génétique (les gènes).

Aujourd’hui, on étudie encore les composantes de la biodiversité (inventaires des écosystèmes, des flores et des faunes). Au delà de cette analyse descriptive, on cherche également à en comprendre le fonctionnement.

En prenant en compte les interactions entre l’homme et la biodiversité, les scientifiques essayent d’élargir la perspective et d’intégrer la biodiversité aux problèmes de société. En effet, l’homme est dépendant de cette biodiversité :
- directement, pour ses ressources biologiques, pour ses ressources alimentaires,
- indirectement par rapport aux services écologiques que rend la biodiversité (interférence avec les climats, bien-être que procure la nature…).

La biodiversité en France métropolitaine

Plusieurs éléments concourent à la richesse de la biodiversité en France métropolitaine :

- la France comprend quatre des six zones biogéographiques d’Europe de l’ouest : les domaines atlantique, continental, alpin et méditerranéen,
- la situation géographique à l’ouest de l’Europe, qui constitue un véritable carrefour biologique, d’une part pour les migrations nord-sud (entre l’Europe du nord et l’Afrique de l’ouest) et d’autre part pour les échanges entre la Méditerranée occidentale (péninsule ibérique) et la Méditerranée orientale (Italie, Grèce).

La France héberge environ 4900 espèces de plantes supérieures indigènes. Ce nombre monte à 6000 espèces en comptant les espèces importées volontairement ou non.

La richesse de la faune française est mal connue : le nombre d’espèces d’invertébrés se chiffre en dizaines de milliers, tandis que les vertébrés, sont représentés par environ un millier d’espèces (dont sensiblement 400 vivent en milieu marin).

La zone biogéographique de Balma

D’un point de vue biogéographique, Balma se trouve dans la zone atlantique qui comprend les 8 régions françaises ayant une façade maritime sur la Manche ou l’Océan Atlantique, ainsi que l’Ile-de-France, le Centre et l’essentiel de Midi-Pyrénées. C’est le domaine de la plaine et des collines basses, où l’on trouve notamment des forêts de type Chênaies-Charmaies, sur sols riches, à Jacinthe des bois, des landes plus ou moins humides, sur sols pauvres, à bruyères, des grandes cultures, sur limons fertiles, dont la flore compagne s’est malheureusement appauvrie.