[Visiteur] > Accueil > Grand inventaire

Chasseurs de sons

Dans la civilisation de l’image, la photo est un support privilégié de l’observation naturaliste. Pourtant certaines espèces se laissent davantage entendre que voir. Alors pourquoi ne pas les enregistrer ?

12.04.2015 | Renaud LAURETTE

 

Le 4 avril dernier, à l’occasion de la 11ème nuit de la chouette, organisée par la LPO [1] avec la complicité, sur Balma, de Biodiv.Balma, une quarantaine de personnes se sont retrouvées à Lasbordes pour découvrir ces rapaces nocturnes. La sortie qui a succédé à la présentation n’a permis de photographier aucune chouette. En revanche, nous avons pu les entendre et les identifier à leur cri (écoutez les enregistrements).

Si vous disposez d’un micro, ou simplement si votre smartphone vous permet d’enregistrer, pourquoi ne pas tenter vous aussi de capturer les chants, cris ou sons d’espèces difficiles à observer ?

Qui n’a pas été frustré, se promenant dans un bois, de ne pouvoir observer un pic vert, alors que son cri était clairement audible ? ou encore entendu le "huit huit" de la sittelle sans parvenir à la voir ?

Confirmer au son la présence des espèces est aussi intéressant que de les photographier et permet à l’observateur de jouer de tous ses sens. Alors, tendez l’oreille ... et le micro !

Le site accepte des enregistrements au format MP3 s’ils ne dépassent pas 1 Mo. Pour les autres formats ou volumes de fichiers, contactez nous.

Notes

[1] Ligue de protection des oiseaux