[Visiteur] > Accueil > Grand inventaire

Comment observer les oiseaux ?

15.04.2015 | Sylvain FREMAUX

 

Les sondages itinérants ou cheminement

Cette méthode consiste à parcourir le site intégralement suivant un itinéraire précis qui devra être toujours le même pour tous les autres recensements. Une fois la zone à inventorier précisée, un parcours est tracé permettant de couvrir l’ensemble de la zone. Ce parcours utilise les sentiers, chemins existants, voire les lisières, bords de champs …etc., tous les accès qui permettent un accès le plus aisé possible. Lors du recensement, l’observateur emprunte ce parcours a pied et note toutes les espèces rencontrées.

Les sondages ponctuels ou point d’écoute

Ici l’observateur reste immobile pendant 20 mn et note tous les contacts qu’il a avec les oiseaux (chant, cris ou visuel) sur une fiche standardisée. Les points d’écoute sont dispersés afin de couvrir l’ensemble de la zone. Suivant l’étendu de la zone à couvrir, la forme de celle-ci (linéaire, patatoïde…) et des milieux qui la composent, la distance entre les points est variable entre 200 m et 500 m). Grande distance en milieu très ouvert et plus petite en milieu fermé (bois et forêt).

Comment procéder à l’échantillonnage ?

Toutes les espèces sont notées par les chants, les cris, et par les observations visuelles. Lors du relevé, l’aspect quantitatif des espèces est noté de la façon suivante :

  • Le chant = deux individus, on admet qu’une espèce cantonnée et chanteuse dans un milieu favorable et sur une période de nidification optimale, concerne un couple.
  • Le cri ou l’espèce simplement observée = un seul individu.

Qualitatif ou quantitatif ?

  1. Les divers types de recensement proposés peuvent se limiter à l’aspect qualitatif, c’est à dire établir une liste d’espèces présentes sur la zone, sans connaitre les effectifs.
  2. On peut aussi cibler les effectifs de quelques espèces uniquement, celles par exemple qui auront été ciblées à l’avance, qui sont remarquables, sensibles ou localisées.
  3. Un recensement qualitatif et quantitatif, donc proche de l’exhaustivité, permet d’obtenir un inventaire complet, mais demande une rigueur importante et une connaissance plutôt affutée de toutes les espèces.

En règle générale, pour un diagnostic écologique, le point 2 est à privilégier, celui-ci est bon compromis, permettant d’optimiser l’inventaire en prenant en compte les facteurs temps et connaissance.

Les sondages par cheminement sur des zones bien ciblées sont aussi à privilégier, plus facile et permet de mieux percevoir les milieux et habitats. Les points d’écoute sont surtout mis en place sur des zones de grandes superficies.

Hormis l’intérêt d’une ou plusieurs espèces rares ou sensibles, les cortèges d’espèces communes sont aussi intéressants car peuvent montrer l’intérêt écologique d’une zone et son attractivité.