[Visiteur] > Accueil > Actions & activités

Point projet - automne 2009
Point sur l’avancement et les actions

04.12.2009 | Renaud LAURETTE

 

Une réunion du projet "Biodiversité" a eu lieu le 8 octobre. Ceci fut l’occasion de faire un point sur les actions engagées et sur les étapes à venir. Cette rencontre a fait ensuite l’objet d’un débriefing au sein de l’APCVEB, au cours duquel les modalité des actions envisagées ont été affinées.

Le démarrage de l’inventaire

L’inventaire des espèces sur Balma est un travail très ambitieux. L’ayant bien compris, nous avions souhaité l’aborder de manière modeste à travers un cas particulier : celui des oiseaux. Cette approche devait nous permettre de rôder une méthode et de la valider pour pouvoir ensuite l’étendre. Où en sommes-nous ?

L’observation répétée de quelques personnes a permis d’identifier à ce jour une trentaine d’espèces résidentes ou de passage, dont plus de 25 ont pu être photographiées. C’est à la fois significatif, mais sans doute incomplet car les oiseaux les plus farouches, les plus véloces et ceux qui vivent dans les cimes restent difficiles à identifier. Il nous faut donc poursuivre ce travail dans la durée.

Très vite, en collectant ces observations, nous nous sommes rendu compte que nous avions tendance à négliger les espèces les plus communes, telles que les pies où les tourterelles. Certes, nous les avons enregistrées dans l’inventaire, mais le nombre d’observation recueillies n’est en rien significatif de leur taux de présence sur la commune. Autrement dit, pour commencer à apprécier les quantités d’oiseaux d’une part et la continuité de présence au fil des saisons, la collecte d’observations individuelle telle que pratiquée pour l’établissement du premier jet de l’inventaire ne saurait suffire. Poursuivant nos lectures concernant des expériences similaires, ou des méthodes de comptage utilisées par exemple par le muséum d’histoire naturel, nous sommes donc en train d’élaborer d’autres types de recueils, complémentaires du premier, qui permettront soit d’aborder l’aspect quantitatif, soit d’aborder la continuité de la présence dans le temps [1].

Une fois ces méthodes un peu affinées, nous allons étendre l’inventaire à d’autres espèces animales, en les choisissant à la fois accessibles à l’observation par un large publique et en même temps significatives de la bonne santé de la biodiversité et de la qualité de l’environnement. de ce point de vue, les papillons et les escargots semblent être de bons candidats.

Quelle participation ?

Un des objectifs du projet était d’associer aussi largement que possible les balmanais à cette étude. Cet aspect du projet n’ayant pas encore décollé, nous avons étudié plusieurs causes possibles et pistes associées.
- la communication : de ce côté, il est clair qu’aucun effort significatif n’a encore été fait. Un plan spécifique devra être mis en place avec l’Agenda 21 en appui aux autres actions ;
- l’accès aux données : un site spécifique a été mis en place pour recueillir les observations, le catalogue et des informations sur le projet. En dépit de ses fonctions permettant à chacun de contribuer, des participants ont trouvé qu’il restait difficile de déposer des observations, notamment illustrées, pour un néophyte en informatique [2]. Il a ainsi été envisagé de créer des rencontres régulières, au cours desquelles chaque observateur pourrait déposer ses données auprès d’un membre du projet plutôt que directement sur le site.
- les correspondants. Généralisant cette idée de rencontre, nous en sommes venu à la notion de "correspondant local". Il s’agirait de constituer un réseau de personnes réparties sur la commune auprès desquelles les observateurs occasionnels pourraient échanger leurs informations. Une première liste de correspondant à été définie.
- les sorties : observer la nature sur un site internet peut être intéressant mais ne remplacera pas le contact avec le terrain, la découverte et l’échange autour d’une observation. Des sorties devront donc être planifiées. La principale difficulté ici étant l’observation de la faune, car sorties en groupe et observation des animaux ne font pas bon ménage.

Quelles actions à venir ?

Lors d’une réunion de bureau en novembre, l’APCVEB, repartant du constat fait en réunion projet, a lancé de nouvelles actions :

- amélioration du site : des changements ergonomiques ont été mis en service fin novembre pour permettre un accès plus intuitif aux observations : dépôt, consultation, tri. D’autres fonctions, comme la recherche sur les observations, restent à ajouter.
- rencontres : une permanence sera proposée le deuxième samedi de chaque mois [3], en début d’après midi, pour permettre aux participants de se rencontrer et aux observateurs de déposer leurs données et photos.
- sorties : des sorties seront organisées autour des sentiers et chemins piétons pour découvrir la flore associée et examiner en quoi ces chemins peuvent constituer autant de corridors écologiques. De telles sorties pourront notamment avoir lieu en prolongation des permanences.

Notes

[1] Dans ce but, des formulaires sont déjà prêts, mais les méthodes de saisie dans la base sont encore en cours de définition

[2] Un des obstacles majeur étant la nécessité de recadrer et redimensionner les photos avant leur chargement.

[3] en général, hormis quelques dates posant des problèmes spécifiques. Un calendrier est disponible sur le site.